In a Society That Blames Everyone for Everything : I Blame Shrimps

Installation Mac Lyon, juin 2021

Sur le balcon de IRL é RL, Julien Ribeiro propose l’équivalent d’un temple : un espace sacré, un espace de concentration, un espace dans lequel on s’aventure avec précautions pour rencontrer des mystères, des affirmations et des questions.
C’est un temple pronaïaque – et les coordonnées permettant de savoir ce que signifie « pronaïaque » sont données par le temple lui-même, sur les tables, dans l’espace.
Il semblerait qu’on y effectue un rituel complexe – un ensemble de gestes reconduit encore et encore jusqu’à être incorporés, et ces gestes sont décrits dans un protocole proposée lui aussi sur une table.
On ne sait pas exactement quelles divinités sont investies par ce rituel – les crevettes n’en sont qu’un élément parmi d’autres, même si leurs exosquelettes composant des petits tas élégants sur le sol attirent fortement notre regard et nos narines. Les autres déesses et dieux sont plus mystérieux : il y a l’art, assurément, il y a vous, spectateurs et spectatrices, il y a le musée…
Ce rituel doit être compris comme une fête qui invite largement tous les protagonistes en présence, leurs fait jouer ensemble des oppositions et des conciliations, des évitements et des rapprochements, soit, pour le dire autrement, un jeu du politique et du poétique.


Stéphane Sauzedde

How to be responsible in an epidemic?

Dans le cadre de la clinique du queer et du programme de commandes artistiques « Après », initié par le réseau TRAM en réponse aux bouleversements liés à l’apparition du Covid-19, [Julien Ribeiro] initie la série how to be responsible in an epidemic par un entretien avec Tim Madesclaire et développe une recherche formelle autour des nudge : ces technologies comportementales exploitant des biais cognitifs pour amener un individu vers un choix donné. Recyclant un slogan de Queer Crisis particulièrement adapté à la pandémie que nous traversons (Who thrives ? Who dies ?), il dissémine dans les espaces de la Maison pop un cendrier, des stickers, et d’autres discrètes technologies de l’attention.

Thomas Conchou

how to be responsible in an epidemic (série)

2020

Installation in situ

Matériaux divers

Dimensions variables

Production de la Maison populaire

Un entretien biaisé avec Tim Madesclaire, série «How to be Responsible in an Epidemic ?»,

Julien Ribeiro,
œuvre soutenue dans le cadre du projet de soutien à la création « Après »,
Maison populaire,
TRAM Réseau art contemporain
Paris / Île-de-France, 2020

à télécharger ici

Quelle est notre part de responsabilité durant une pandémie ? Notre libre arbitre se construit-il à l’extérieur des États-nations ? Peut-on invoquer la responsabilité individuelle lors d’une épidémie sociale ? Est-ce plus efficace d’utiliser les biais cognitifs plutôt que l’éducation afin de modifier les comportements d’une population ? À partir de ces questions, How to be responsible in a epidemic — comme son nom le laisse percevoir — se veut un questionnement sur notre rapport à la responsabilité durant l’épidémie du Covid-19.
Pensé comme un diptyque transmédiatique, il débute par un entretien dématérialisé avec Tim Madesclaire (consultant indépendant santé sexuelle et communautaire gay, rédacteur et fondateur de la revue Monstre) autour des liens entre le VIH/sida et le Covid-19, les luttes et enjeux qui les accompagnent, en regard du pouvoir des Nudges. Les Nudges sont une technique issue de l’économie comportementale qui se propose d’influencer nos comportements dans notre propre intérêt.
À partir de cet échange, le travail se formalise ensuite par une série d’objets prototypes contre-nudges fabriqué en collaboration avec le Pop [lab], le fablab de la maison populaire qui seront présentés dans le cadre de l’exposition La clinique du queer
Le titre de l’œuvre est une référence directe au manifeste How to Have Sex in an Epidemic : One Approach de Richard Berkowitz and Michael Calle,1983.

---

Aucune page supplémentaire à charger