• Un entretien biaisé avec Tim Madesclaire, série «How to be Responsible in an Epidemic ?»,

    Julien Ribeiro,
    œuvre soutenue dans le cadre du projet de soutien à la création « Après »,
    Maison populaire,
    TRAM Réseau art contemporain
    Paris / Île-de-France, 2020

    à télécharger ici

    Quelle est notre part de responsabilité durant une pandémie ? Notre libre arbitre se construit-il à l’extérieur des États-nations ? Peut-on invoquer la responsabilité individuelle lors d’une épidémie sociale ? Est-ce plus efficace d’utiliser les biais cognitifs plutôt que l’éducation afin de modifier les comportements d’une population ? À partir de ces questions, How to be responsible in a epidemic — comme son nom le laisse percevoir — se veut un questionnement sur notre rapport à la responsabilité durant l’épidémie du Covid-19.
    Pensé comme un diptyque transmédiatique, il débute par un entretien dématérialisé avec Tim Madesclaire (consultant indépendant santé sexuelle et communautaire gay, rédacteur et fondateur de la revue Monstre) autour des liens entre le VIH/sida et le Covid-19, les luttes et enjeux qui les accompagnent, en regard du pouvoir des Nudges. Les Nudges sont une technique issue de l’économie comportementale qui se propose d’influencer nos comportements dans notre propre intérêt.
    À partir de cet échange, le travail se formalise ensuite par une série d’objets prototypes contre-nudges fabriqué en collaboration avec le Pop [lab], le fablab de la maison populaire qui seront présentés dans le cadre de l’exposition La clinique du queer
    Le titre de l’œuvre est une référence directe au manifeste How to Have Sex in an Epidemic : One Approach de Richard Berkowitz and Michael Calle,1983.

  • Retour sur l’exposition : DAVID WOJNAROWICZ KEEPS ME AWAKE AT NIGHT au Mudam

    Inspiré des visites que j’ai données dans le cadre la Foire d’Art Contemporain du Luxembourg, je continue, ici, de développer à travers l’exposition David Wojnarowicz : History Keeps Me Awake At Night un regard situé sur une queerité et une séropositivité partagée.

    Elle reprend le cheminement de la rétrospective tel qu’il est construit au Mudam et est une perspective personnelle où je développe certains concepts liés au travail de Wojnarowicz et à nos enjeux queer et contemporain. Ce retour sur l’exposition s’inscrit dans la lignée de la salutaire critique d’Elisabeth Lebovici. C’est aussi pour moi un exercice de style afin de tenter de sortir de l’autoritarisme trop récurrent de l’activité critique.

    La suite sur le blog médiapart.

  • A closer look at United In Anger

    Interview de Jim Hubbard, réalisateur de UNITED IN ANGER – A History of ACT UPEnglish

    disponible ici.