Programmation Jeux Vidéos : Robert Yang

Programme à l’Antre-Peaux –

Robert Yang crée des jeux étonnamment populaires sur la culture gay et l’intimité. Il est entre autres connu pour son simulateur de sexe dans les pissotières : The Tearoom. Il compte plus de 150 000 utilisateurs sur Steam. Il est actuellement professeur adjoint d’art au NYU Game Center. Durant Monde·s Multiple·s, ces jeux seront disponibles dans la salle pédagogique de l’Antre Peaux.

HURT ME PLENTY

Hurt Me Plenty par Robert Yang est un court jeu de contrôle sur le consentement et la fessée. Mettez-vous à genoux ! 

Il s’agit d’un petit jeu où vous donnez une fessée à un homme et où vous apprenez comment les communautés BDSM tentent de formaliser le consentement et la bienveillance.

SUCCULENT

Succulent par Robert Yang est un petit jeu de quelques minutes sur le fait de regarder un mec lentement et érotiquement sucer quelque chose . Un hommage à l’homo-hop tardif.

Ce jeu court, ainsi que ses jeux frères Hurt Me Plenty et Stick Shift, font partie d’une famille de projets réalisés pour Different Games. Ils tentent d’imaginer ce qui se passerait si la technologie industrielle des jeux triple A (jeux ayant des gros budgets de production) étaient utilisés pour le bien plutôt que pour le mal. Il est désormais doté d’une nouvelle technologie de « physique des joues » immersive et étonnante !

COBRA CLUB

Cobra Club par Robert Yang est un jeu de studio photo sur l’image corporelle, la vie privée et les photos de pénis. Prenez des photos, postez les sur internet et discutez avec d’autres membres.

Si les selfies soutiennent que tous les visages sont dignes d’être mémorisés, les photos de pénis montrent qu’ils sont tous dignes de considération. 

Pour aider à réimaginer ce que les photos de pénis peuvent faire pour la société, Cobra Club donne à tout le monde, même aux personnes sans pénis, l’accès aux moyens de production de photos de pénis grâce à un pénis virtuelle en 3D entièrement ajustable.

THE TEAROOM

The Tearoom par Robert Yang  est un simulateur historique de sexe dans les toilettes publiques et traîte de l’anxiété et de l’impact de la police sur les espaces de liberté sexuelle.

En 1962, le département de police de Mansfield, dans l’Ohio, a installé une caméra de surveillance cachée derrière un miroir sans tain dans des toilettes publiques. Ils ont secrètement filmé des hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes. Par la suite, la police a utilisé les images filmées afin de les emprisonner pendant un an ou plus en vertu des lois de l’Ohio sur la sodomie.

« Aujourd’hui, la police s’en prend toujours aux hommes qui ont des rapports sexuels avec d’autres hommes. Au pays des jeux vidéo, je dois toujours faire face à Twitch qui interdit mes jeux gays par un procès secret, comme s’ils étaient la police des jeux. Donc, pour apaiser ce complexe de surveillance des joueurs conservateurs et oppressifs, j’ai remplacé les pénis dans mon jeu par la seule chose que l’industrie du jeu ne pourra jamais modérer ou interdire : les armes à feu. Il n’y a rien de mal à ce que les gars apprécient les armes des autres, non ? » Propos de Robert Yang en 2017.